Accueil Maison La consommation des pompes à chaleur en période de froid

La consommation des pompes à chaleur en période de froid

Par Marie Estebel
Pompe a chaleur froid

Durant l’hiver et les saisons froides, il est crucial pour maintenir un climat intérieur confortable de comprendre comment fonctionne le système de chauffage de notre maison. Parmi les options disponibles, la pompe à chaleur fait partie des solutions de chauffage de plus en plus plébiscitées par les ménages. Cependant, une question commune se pose souvent : Est-ce qu’une pompe à chaleur consomme plus d’énergie lorsqu’il fait froid ? Pour répondre à cette interrogation, cet article se penchera sur les spécificités des pompes à chaleur et leur performance énergétique durant les périodes froides.

Fonctionnement des pompes à chaleur

L’idée essentielle derrière une pompe à chaleur est de transférer la chaleur entre deux endroits et ainsi réguler la température à l’intérieur de la maison. En effet, ces dispositifs sont capables de produire du chauffage en hiver en :

  • absorbant les calories présentes dans l’air extérieur, notamment grâce aux systèmes aérothermiques;
  • ou en puisant l’énergie thermique contenue dans le sol grâce aux installations géothermiques.

Une fois l’énergie captée, celle-ci est transmise à un système de diffusion qui transporte la chaleur à travers toute la maison pour chauffer les pièces du logement. En somme, malgré le froid, une pompe à chaleur peut assurer un chauffage efficace tout en étant économique sur le long terme.

A lire aussi :  Combien de m² peut chauffer une pompe à chaleur de 8KW ?

Performances énergétiques des pompes à chaleur en période de froid

Alors que les performances d’une pompe à chaleur peuvent varier en fonction du type et de la qualité du produit choisi, il faut noter que tous ces systèmes sont conçus pour donner une performance optimale même durant l’hiver. Toutefois, il est important de comprendre les paramètres qui pourraient influencer sa consommation d’énergie lorsqu’il fait froid.

Le coefficient de performance (COP)

Le COP est un indicateur-clé pour mesurer la performance d’une pompe à chaleur. Il s’agit du rapport entre l’énergie produite par la pompe et l’énergie qu’elle a utilisée pour fonctionner. Un COP élevé signifie donc que la pompe à chaleur possède une bonne capacité à générer du chauffage avec peu d’énergie consommée.

Généralement, le COP d’une pompe à chaleur diminue lorsque la température extérieure baisse. Cela est prévisible car l’air devient moins dense et contient moins de calories à récupérer. La pompe doit ainsi compenser cette perte d’énergie en consommant davantage d’électricité pour assurer son fonctionnement. Dans cette situation, il devient alors primordial d’avoir une pompe à chaleur adaptée aux conditions hivernales.

Les solutions pour limiter la consommation d’énergie pendant l’hiver

Afin d’améliorer la consommation énergétique des pompes à chaleur lorsqu’il fait froid, certaines solutions peuvent être envisagées pour garantir un chauffage économique et constant. Parmi ces options, on peut envisager :

  • l’isolation thermique du logement pour réduire les déperditions de chaleur et ainsi diminuer le besoin en énergie;
  • le choix d’une pompe à chaleur adaptée au climat de la région, puisque selon les marques, certaines pompes ont été spécialement conçues pour résister aux températures inférieures à 0°C;
  • utiliser une régulation intelligente pour contrôler la température intérieure en fonction des besoins, notamment grâce à l’utilisation de thermostats;
  • associer la pompe à chaleur à un autre système de chauffage d’appoint tel qu’un poêle à bois permettant de ne pas solliciter trop fréquemment cette dernière en période de grand froid.
A lire aussi :  Quelle puissance de pompe à chaleur faut-il pour chauffer 100m² ?

La nécessité d’une chaudière complémentaire en cas d’extrême froid

Lorsque les températures sont particulièrement basses, il est possible que la pompe à chaleur seule peine à chauffer suffisamment le logement. Dans ces conditions, des “bouts de doigts blancs” peuvent indiquer que les occupants sont exposés à des basses températures et subissent une faible efficacité énergétique. Ainsi, même si l’installation d’une pompe à chaleur a permis de réduire considérablement l’émission de CO2 par rapport à une installation classique, il est opportun d’envisager l’installation d’une chaudière complémentaire pour assurer un chauffage continu et performant.

Les alternatives pour des besoins ponctuels de chauffage

Lorsque la pompe à chaleur a du mal à couvrir les besoins en chauffage durant les périodes de grands froids, il est aussi possible d’utiliser :

  • un chauffage d’appoint électrique,
  • un système de plancher chauffant,
  • ou encore un poêle à bois pour chauffer les lieux insuffisamment réchauffés par la pompe.

Ces solutions permettent de palier aux fluctuations de consommation d’énergie qu’impliquent une très basse température extérieure.

La consommation des pompes à chaleur peut légèrement augmenter en hiver. Toutefois, avec la mise en place de quelques mesures, notamment l’amélioration de l’isolation, le choix d’une pompe adaptée au climat et la régulation intelligente de la température, il reste toutefois possible de profiter d’un système de chauffage économique et écologique.

Publications similaires