Accueil Travail Argent : Combien gagne une carreleuse ?

Argent : Combien gagne une carreleuse ?

Par Maeva Lafleur
Combien gagne carreleuse

Découvrir le métier de carreleuse est passionnant et l’une des questions courantes à se poser concernant ce domaine est : « combien gagne une carreleuse ? ». Souvent exercé par les hommes, il existe aussi des femmes carreleuses. Dans cet article, nous allons explorer le salaire annuel moyen d’une carreleuse en France en présentant les différentes composantes qui viennent s’ajouter au revenu de base. Nous allons également comparer leur rémunération à celle de leurs homologues masculins.

Salaire annuel moyen des carreleuses en France

Le salaire annuel moyen d’une carreleuse varie selon différents facteurs, comme l’expérience, la situation géographique, ou encore le niveau d’études. Les chiffres suivants sont calculés sur un montant brut :

Selon l’expérience :

  • Carreleuse débutante : Entre 19 000 et 23 000 euros
  • Carreleuse avec expérience (3-5 ans) : Entre 21 000 et 26 500 euros
  • Carreleuse expérimentée (+5 ans) : Entre 24 000 et 31 000 euros

Selon la région :

Certaines régions offrent des conditions économiques plus favorables que d’autres. Ainsi, les professionnels du secteur peuvent observer de légères différences dans leur salaire :

  • Île-de-France : +10% par rapport au salaire moyen national
  • PACA et Rhône-Alpes : Une hausse de 5% en moyenne
  • Régions les moins porteuses : -15% sur le revenu moyen (exemple : Centre-Val de Loire, Pays de la Loire)
A lire aussi :  Au-delà des quatre murs: Les défis psychologiques des femmes au Foyer

Selon le niveau d’études :

Le niveau de formation peut également influencer la rémunération des carreleurs. Un diplôme spécifique ou une spécialisation peut ainsi permettre de prétendre à un meilleur salaire :

  • CAP/BEP : Environ 22 000 euros par an
  • Bac professionnel : Entre 24 000 et 27 500 euros annuels
  • Formation supérieure / maîtrise du métier : Jusqu’à 35 000 euros par an

L’écart de salaire entre les carreleuses et les carreleurs

Un sujet qui fait souvent débat est l’existence potentielle d’un écart de rémunération entre les femmes et les hommes exerçant le même métier. La question se pose donc : existe-t-il un tel écart pour les carreleuses et les carreleurs ?

Selon certaines études menées sur ce sujet, on observe en effet un écart de rémunération entre les carreleuses et les carreleurs en France. Les raisons sont multiples et souvent liées, notamment :

  • Les femmes peuvent se voir proposer des postes moins rémunérés
  • Les hommes pourraient avoir plus de facilité à négocier leur salaire
  • Les carreleurs bénéficient parfois d’une meilleure formation ou un meilleur réseau professionnel

Variations du salaire selon les secteurs

Il est utile de noter que les écarts entre les salaires des carreleuses et des carreleurs varient en fonction des secteurs du BTP ou dans les entreprises spécialisées du secteur :

  • Bâtiment (construction, rénovation) : Écart de rémunération faible voire inexistant
  • Entreprises de pose de revêtements : Des différences plus marquées peuvent apparaître
  • Entreprises généralistes : L’écart tend à être moindre par rapport aux entreprises spécialisées
A lire aussi :  France Travail : Tout savoir sur ce nouveau dispositif qui remplace Pôle Emploi

Primes et avantages sociaux pour les carreleuses

Outre le salaire annuel moyen, d’autres éléments viennent compléter le revenu d’une carreleuse. Voici quelques exemples de primes dont elles peuvent bénéficier :

  • Prime de panier : compensation destinée à couvrir les frais de repas
  • Prime de déplacement : si la carreleuse doit se rendre sur différents chantiers éloignés les uns des autres
  • Prime de chantier : récompense pour le travail exécuté sur un chantier particulier
  • Primes liées aux conditions de travail : par exemple, si le chantier se déroule en extérieur et que les conditions climatiques sont difficiles

Il est également intéressant de prendre en compte les avantages sociaux dont une carreleuse peut bénéficier :

  • Mutuelle santé : Certains employeurs proposent une couverture médicale complémentaire à leur salariée
  • Fonds d’épargne salariale : Possibilité d’investir une partie de la rémunération dans des placements sur le court, moyen ou long terme
  • Droit à la formation : Prise en charge totale ou partielle par l’employeur des frais liés au développement professionnel

Pour terminer, il convient de rappeler que chaque situation professionnelle est unique. Ainsi, il n’est pas rare de constater des variations de salaire entre deux carreleuses ayant pourtant des profils similaires. Bien qu’excellent comme point de repère, les chiffres présentés ici ne doivent donc être considérés que comme indicatifs.

Publications similaires